Xavier de Lauzanne's blog

  • warning: array_map(): Argument #2 should be an array in /home/aloestovek/duneseulevoix-lefilm.com/modules/system/system.module on line 1015.
  • warning: array_keys() expects parameter 1 to be array, null given in /home/aloestovek/duneseulevoix-lefilm.com/includes/theme.inc on line 1817.
  • warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/aloestovek/duneseulevoix-lefilm.com/includes/theme.inc on line 1817.

NOTE DU REALISATEUR N°7 : MERCI !

xl identité

Il est temps maintenant de faire le bilan de la distribution de D'Une Seule Voix. Le film a effectué une très belle course qui l'a mené aux quatre coins de la France. Plus de 40 000 personnes ont été le voir ce qui est un excellent score pour un documentaire, et qui plus est, pour un film qui n'a pas été très médiatisé. J'ai eu des critiques positives, négatives, j'ai été déçu par certaines réactions, agréablement surpris et touché par d'autres, j'ai essayé de m'expliquer sur des convictions que je défend à travers ce film dans un contexte géopolitique et idéologique complexe et dramatique, j'ai essayé de me nourrir des opinions contraires exprimées avec pertinence, j'ai été blessé par d'autres beaucoup plus cyniques et naïves, je me suis habitué à parler en public en dépassant mes appréhensions qui ont toujours été pour moi un handicap, j'ai découvert la France des cinémas et sa fabuleuse diversité… Bref, j'ai été heureux de vivre cette aventure, certainement fondatrice dans mon parcours.

 

La vie du film va être encore longue avec des projections régulières programmées par des institutions, des associations, des cinémas… le film étant universel et intemporel dans les idées qu'il véhicule. C'est un très beau constat. 

 

Je dois tout ce succès principalement aux équipes d'Aloest Productions et d'Aloest Distribution qui ont imaginé et mis en place des stratégies pour faire exister le film en dehors des circuits commerciaux habituels. Ce fût un travail complexe et particulièrement intense qui a été fait dans une atmosphère que je souhaite à tout Producteur et Réalisateur. Je dois aussi l'associer à un phénomène qui tient une place primordiale dans l'exploitation d'un film : le bouche-à-oreille. Et à ce sujet, je remercie le plus chaleureusement possible tous ceux qui ont fait circuler l'information d'une manière ou d'une autre. Je pense bien sûr à ceux qui ont transféré l'annonce du film par mail, ce qui n'est pas une évidence si on considère le nombre de sollicitations que nous recevons quotidiennement sur nos boîtes mails ! J'ai donc été touché de constater qu'un nombre incroyable de personnes faisait quand même circuler les informations. Je pense à ceux qui ce sont déclarés "Ambassadeurs" et qui sont allés au devant des spectateurs pour promouvoir le film, remplir les salles et organiser des projections-débats. Je pense aussi tout simplement à ceux qui ont aimé le film et qui en ont parlé autour d'eux. 

 

Enfin, je voudrais remercier ceux grâce auxquels, en tant que Réalisateur et Producteur, nous pouvons encore croire qu'il est possible de "capitaliser" sur son indépendance : les exploitants de cinéma. La possibilité qu'un film comme D'Une Seule Voix puisse être vu dépend essentiellement de ces amoureux de cinéma, qui, dans les salles art et essai principalement mais aussi dans certains complexes, parient sur des films plus confidentiels. On peut avoir de sérieux doutes aujourd'hui sur l'avenir de la télévision… La place qu'elle laisse dorénavant aux auteurs s'apparente à un brin de paille. La télévision est en plein déclin car elle banni aujourd'hui les principales notions qui peuvent faire d'elle une entreprise humaine digne d'intérêt : la prise de risque et la liberté du regard. Face à ce constat d'échec, "D'une seule voix" me laisse présager, certes avec un peu d'optimisme, un avenir meilleur pour le cinéma. Car le cinéma est actuellement le seul espace de liberté qui existe encore pour ce genre de film : une majorité d'exploitants sont des passionnés, " à peu près " libres de choisir les films qu'ils mettent sur leurs écrans. Il faut donc préserver à tout prix cette indépendance qui, avec l'avènement du numérique, ne demandera qu'à évoluer vers une dimension plus large, plus diverse, plus complète.

 

D'autre part, j'ai constaté à travers cette expérience, que nous sommes dans une époque de transition dans laquelle toutes les habitudes de travail liées à la production et à la distribution d'un film sont à remettre en cause. Que ce soit pour les supports de diffusion, les techniques de distribution ou les moyens de communication, nous évoluons sur un sol mouvant où tout change vite et nous oblige, en tant que structure, a être protéiforme. Toutes les difficultés que nous avons eues pour fabriquer et distribuer ce film nous ont contraints à développer notre imaginaire et à développer de nouvelles façons de procéder. C'est pour cette raison que, fort de cette expérience valorisante, nous avons décidé de développer notre unité de distribution (Aloest Distribution) en nous investissant sur d'autres films que les miens. C'est dans cette optique que nous allons sortir au cinéma très prochainement deux autres films documentaires : BASSIDJI (www.bassidji-lefilm.com) un film de Mehran Tamadon - le 20 octobre 2010 et LOS HEREDEROS de Eugenio Polgovsky, en Février 2011. 

 

Je voudrais aussi revenir sur toutes les rencontres que nous avons pu faire, avec Jean-Yves Labat de Rossi - le personnage principal du film et François-Hugues de Vaumas - le Producteur - lors de nos très nombreux déplacements. Je suis convaincu que ces liens que nous avons pu ainsi établir, tant avec les exploitants qu'avec les spectateurs est, aujourd'hui, comme un capital. Le cinéma est un regard sur " l'humain " et il faut de " l'humain " pour le défendre. Il est intéressant de constater que le sens commercial passe aussi par cela. En créant de l'attachement, en personnalisant les rencontres, en considérant les spectateurs par notre présence, nous avons pu acquérir des bases de travail durables avec des réseaux qui soutiennent notre démarche. Il nous reste maintenant à entretenir le développement de tout ce " relationnel " en donnant à voir d'autres films, d'autres univers qui correspondent à nos convictions. 

 

Enfin, je travaille actuellement sur la conception du DVD de  D'Une Seule Voix qui sortira prochainement. Je vous promets sur ce DVD des compléments vidéos qui vous surprendront autant qu'ils amèneront une compréhension encore plus approfondie du film. Il y aura de nouvelles interviews, des scènes de coulisses inédites, des ambiances captées en Israël et dans les Territoires palestiniens lors du tournage et surtout un document qui vous montrera comment les musiciens ont vécu la suite de la tournée… Des découvertes à ne pas rater afin de poursuivre l'aventure D'une Seule Voix, du moins pour ceux qui l'ont aimée !

 

Et enfin, je conclue cette note comme je l'ai commencée : en vous remerciant tous très profondément et très chaleureusement pour nous avoir suivis et encouragés dans cette magnifique aventure.

xl sign

NOTE DU RÉALISATEUR N°6 : OPINION CONTRAIRE OU IDEOLOGIE ?

xl identité

 Il y a quelques temps, l’association AFPS (Association France-Palestine Solidarité) reprenait, pour annoncer le film « D’une seule voix » sur leur site Internet, un article publié sur le blog du Monde, d’une naïveté et d’un niveau de réflexion particulièrement déconcertant. Comme droit de réponse je leur avais demandé de poster l’interview de Stéphane Hessel, connu pour être un grand défenseur de la cause palestinienne, à propos du film. Ils l’ont fait… mais en rajoutant une lettre qu’une de leur militante m’avait adressée qui est, une fois de plus, une analyse simpliste et trompeuse du film (http://www.france-palestine.org/article14073.html). Venant de l’AFPS, publier des réactions sur le film d’un tel niveau me choque, non pas parce que c'est une opinion contraire (un bon film se nourrit du débat qu’il engage !) mais parce que celles que publie l'AFPS, en ne dissociant pas le gouvernement des individus, en ne faisant pas la part des choses entre les différentes formes de mobilisations qui existent pour faire évoluer les consciences (il n’y a pas que la militante !!), et en ne sachant pas décrypter un film comme celui-ci, creusent le sillon d’une propagande couramment utilisée par les artisans de la guerre qui consiste à frapper d’anathème l’« ennemi » pour défendre ses positions.  Si je publie à mon tour cette réponse, ce n’est pas par aigreur mais parce que je combats précisément ce manichéisme, cette stigmatisation, cette idéologie sournoise et dangereuse que certain membres de l’AFPS, comme d’autres organisations pro-palestiniennes, dans leurs crédulité, renforcent.

 

NOTE DU REALISATEUR N°5 : IMPARTIALITE ET NEUTRALITE

xl identitéIl y a quelques jours, une journaliste de Studio ciné live m’a appelé au téléphone pour me poser des questions sur le genre documentaire. Questions bien embarrassantes car si je sais réaliser des films, je ne suis pas un bon théoricien. Par contre je sais expliquer mes choix et la conversation est devenue intéressante lorsque nous avons abordé l’aspect « impartial » de mon film. En effet, les questions sur ce sujet que l’on peut se poser sont : le film est-il objectivement impartial ? Travailler sur l’impartialité, cela veut-il dire être neutre ?

Face à l’absurdité

Xavier de LauzanneBonjour,

Je reviens tout juste d’un nouveau concert « D’une seule voix » qui s’est déroulé à Chypre, à Limassol. Au-delà du plaisir toujours intense de tous se retrouver et de voir des liens d’amitié se forger, se renforcer, l’ambiance n’était pas tout à fait la même qu’au concert précédent qui avait eu lieu à Malte.


Petit rappel : le 26 février dernier, 35 des musiciens se sont retrouvés à La Valette à Malte pour un concert exceptionnel. Ils ne s’étaient pas revus depuis la tournée française, soit un peu moins de trois ans. Et nous étions seulement six semaines après la fin des bombardements de Gaza… Tous ont hésité de venir. Tous sont venus. Atef, le chef de l’Ensemble musical de Palestine, est sorti de Gaza avec son fils, tous deux profondément heurtés par ce qu’ils venaient de vivre. Mais heureux de retrouver leurs amis de la tournée. Des amis israéliens qui leurs téléphonaient lors des bombardements…

LE MOT DU REALISATEUR (n°3 - Naïf ou subversif ?)

Bonjour,

Dans la triste actualité israélo-palestinienne, je viens de tomber sur une image : celle d'agriculteurs arabes aux abords de Gaza qui ne peuvent plus, à cause du mur, aller cultiver librement leurs terres. Un certain nombre d'entre eux s'en sont pris aux soldats israéliens en leur jetant des pierres ; leur situation est devenue invivable, inacceptable. Ces gens-là peuvent-il accepter l'idée qu'un film parle d'une expérience commune entre Israéliens et Palestiniens à travers la musique ? Face aux horreurs de ce conflit, aux gens qui perdent tout, le film n'est-il pas déplacé et naïf ?

LE MOT DU REALISATEUR (n°2 - Les spectateurs)

Bonjour,

Vendredi dernier, je suis allé faire une projection du film en avant-première dans un village de la Creuse. J’étais heureux de constater l’intérêt et l’émotion que les gens ont pu ressentir pendant la séance, même s’ils étaient loin, au premier abord, d’en maîtriser le sujet.

Syndicate content